Expertise Macrophytes

Les Macro-invertébrés, des bio-indicateurs

Qu’est-ce qu’un Macrophyte ?

Le terme « Macrophytes » désigne l’ensemble des végétaux aquatiques macroscopiques, c’est à dire visibles à l’œil nu. Il existe plusieurs types de macrophytes :

  • les plantes émergentes (hélophytes) comme le roseau, le scirpe et la massette ;
  • les plantes à organes submergés et flottants (amphiphytes) comme le nénuphar ;
  • les plantes submergées (hélophytes) qui peuvent former des herbiers denses (Callitriche, cornifle immergé, élodée, potamot, renoncule, Zannichellie).

Les macrophytes font partie d’un écosystème complexe avec d’autres organismes comme les invertébrés benthiques (vers, mollusques, crustacés, insectes, etc.), les poissons et les oiseaux d’eau. Les macrophytes peuvent leur servir de base alimentaire, d’habitat, de lieux de refuge et de reproduction. De plus, comme toutes les plantes vertes, les macrophytes produisent de l’oxygène par photosynthèse.

Comment indiquent-ils la qualité des cours d’eau ?

Les conditions du milieu, tels que le degré d’eutrophisation lié aux teneurs en azote et phosphore dans l’eau, les caractéristiques physiques du milieu (intensité de l’éclairement et des écoulements), la qualité du sédiment sont autant de paramètres qui influencent la vie des macrophytes. Ces derniers possèdent donc des sensibilités variables à différents stress (eutrophisation ou modification de l’habitat). Ainsi, certains groupes sont très résistants aux perturbations, ils sont dits « polluo-tolérants », d’autres sont au contraire très sensibles aux perturbations, ils sont dits « polluo-sensibles ». La présence, la prolifération ou au contraire la disparition d’espèces de macrophytes indiquent des niveaux de pollution différents.

L’inventaire des espèces de macrophytes, leur biomasse en poids sec et leur taux de recouvrement à chaque station échantillonnée permet de définir l’état d’eutrophisation du milieu. Les macrophytes des cours d’eau sont ainsi considérés comme de bons indicateurs de la qualité globale d’un écosystème aquatique : on parle de « bio-indicateurs ».

L’indice biologique Macrophytes

L’analyse des macrophytes d’un cours d’eau permet d’évaluer la qualité biologique de ce milieu par le calcul d’un indice biologique :

  • l’IBMR (Indice Biologique Macrophytes en Rivière – AFNOR NF T90-395, octobre 2003). Cet indice permet de donner une note sur 20 au milieu étudié. L’interprétation en termes d’état écologique de cette note (en cinq classes de qualité) est définie dans la norme IBMR.