Questions fréquentes

Dans quels cas peut-on installer un système de phytoépuration ?

Pour toute construction d’une maison neuve non reliable au tout à l’égout mais aussi en remplacement d’une fosse septique qui n’est plus aux normes, à la place d’un puits perdu ou tout autre système d’assainissement obsolète. Lorsque l’on veut faire un seul assainissement pour plusieurs habitations, effectivement ce système est très économique dans les cas de regroupement d’habitations !
Mais également pour traiter des effluents « atypiques » tels que les effluents agricoles, ou encore pour des activités saisonnières (campings, gîtes, cabanes dans les arbres,…). Un des avantages de la phytoépuration est la faculté d’adaptation en fonction des effluents.

Quelle superficie faut-il prévoir dans mon jardin ?

Pour une maison de 3-4 chambres, la surface utile de chacun des filtres est de 10 m². Si votre terrain est en pente, l’emprise au sol sera un peu plus importante mais cela reste faible.

Est-ce qu’il y a des odeurs ?

NON ! C’est là toute la différence entre le milieu confiné de la fosse et la surface du filtre planté. Le premier est privé d’oxygène, l’autre est en contact avec l’air.
Sans oxygène la dégradation est incomplète et produit des boues et des gaz. C’est le même principe que la fermentation. Avec oxygène la dégradation est complète et produit de la matière organique sous forme d’humus et de vapeur d’eau. C’est le même principe que le compostage.

Dans un cas on a donc des odeurs de fosse et des boues à éliminer, dans l’autre on a un compostage en surface sans odeur.

A noter qu’en début de fonctionnement, le sable n’est pas colonisé par les roseaux. Le sable pourra retenir quelques odeurs légèrement perceptibles. Elles disparaissent dès que les roseaux ont envahi la surface du filtre.

Faut-il que mon terrain soit en pente ?

Si votre terrain est en pente, les eaux usées arriveront sur le premier filtre en gravitaire. Cependant il faut que la pente soit suffisante : il faut compter un dénivelé de 1,50m entre l’entrée dans le premier filtre et la sortie du deuxième.
Si votre terrain est plat, cela n’empêche pas l’installation de ce système. Cependant, il faudra prévoir d’installer une pompe de relevage qui remontera les eaux usées jusqu’à la surface du premier filtre.

Est-ce qu’il y a beaucoup d’entretien ? Faut-il que je le fasse faire à une entreprise spécialisée ?

L’entretien se résume à désherber, faucarder les plantes annuellement, et retirer le compost se formant à la surface du premier filtre environ tous les 10 ans.Vous pouvez réaliser cet entretien vous-même qui est un entretien de type jardinier.

Par ailleurs, il faut savoir qu’une fois par semaine, il faut tourner une vanne pour alterner la répartition des effluents sur la surface du premier filtre (une semaine les effluents arrivent sur la moitié du filtre et la semaine suivante les effluents arrivent sur l’autre moitié).

Est-ce que je dois obligatoirement utiliser des produits écologiques ?

Bien que l’utilisation de produits écologiques soit conseillée elle n’est pas obligatoire, car les filtres plantés sont des systèmes très rustiques. Cependant, l’utilisation de produits tels que des biocides doit être ponctuelle et modérée. En effet, il faut penser que plus la pollution est forte à la source, plus les effluents sont difficiles à traiter ! On peut éviter cela en faisant tout simplement l’effort à la source.

Peut-on faire une phytoépuration sur n’importe quel terrain ?

Quasiment ! Les filtres plantés sont réalisés sans utilisation du sol en place. Donc que le sol soit argileux ou sableux peu importe !

En revanche, la zone de rejet sera dimensionnée en fonction des capacités du sol à infiltrer l’eau.

Est-ce que mes enfants peuvent tomber dedans et se noyer ?

Heureusement NON !!
Les filtres plantés sont remplis de graviers et gravillons, on peut marcher dessus ! L’eau n’est pas visible.

Est-ce qu’en hiver le système fonctionne ?

En période hivernale l’apport d’eau tout au long de la journée limite le gel. De plus s’il y a gel il est seulement en surface des filtres plantés : sous la surface la vie bactérienne continue et rappelons-le, ce sont les micro-organismes qui font le travail. Sur les filières classiques enterrées (épandage, filtres à sable), on observe la même chose : la terre végétale qui couvre l’installation peut être gelée, mais en-dessous les micro-organismes sont là. Il n’y a donc pas plus d’inconvénient avec la filière plantée. Précisons enfin que les plantes aquatiques installées sont des plantes que l’on retrouve naturellement dans les plans d’eau et résistent très bien au gel.

Toutefois il est vrai que les populations microbiennes ne réagissent pas de la même façon suivant la température. Pour protéger la surface du filtre planté, nous pouvons pailler avec les fanes des plantes que l’on aura faucardé en novembre.

Et si j’oublie de faire l’alternance ? C’est grave ?

L’alternance est importante pour que les matières se décomposent dans un milieu sec et oxygéné. L’oubli de cette alternance va donc avoir un impact sur la dégradation des matières qui va être plus longue. Les risques sont le développement de flaques, d’odeur et des plantes se développant moins vite dans un des lits. Cependant, l’avantage des filtres plantés est la visibilité du système ainsi, vous verrez rapidement qu’il y a un souci sur le premier filtre et cela vous rappellera à l’ordre pour l’alternance.

Les matières fécales sont donc visibles à la surface ?

Oui, c’est le principe même des filtres plantés : la visibilité permet de contrôler régulièrement l’installation, sans même y penser. Et l’installation étant accessible, on peut intervenir soi-même sans travaux ni entreprise spécialisée lors de l’entretien de l’installation, à l’inverse d’une fosse à vidanger de ses boues ou d’un épandage ou filtre à sable entièrement inaccessible.

Pour éviter tout contact entre les usagers et leurs effluents, nous préconisons de protéger l’accès des filtres par une clôture.

A noter que les matières organiques en surface des filtres ne sont véritablement visibles que les premiers mois de fonctionnement. Par la suite les roseaux sont très envahissants et cachent efficacement l’accumulation de matière organique.

En conservant ma fosse septique, peut-on installer une phytoépuration ?

Il existe effectivement des filières plantées conservant une fosse en prétraitement. Aquatiris ne souhaite plus utiliser ces installations pour plusieurs raisons.

Tout d’abord les performances et la durabilité d’une telle installation sont nettement moindres que lorsque les effluents sont prétraités directement sur les filtres plantés. En effet, les eaux usées séjournent dans un espace confiné anaérobie (sans oxygène), ce qui les rend septiques et difficiles à traiter.

De plus, on ne supprime pas l’inconvénient majeur des filières classiques : la fosse ! Et oui c’est elle qui est responsable des boues secondaires qu’il faut traiter en station d’épuration. Savez-vous qu’une station d’épuration ne peut accueillir pas plus de 2 camions vidangeurs par jour ? Au-delà la station se retrouve asphyxiée et de lourdes démarches consommatrices d’électricité doivent être entreprises pour redémarrer la station (aération intensive). Les boues de fosse, appelée « matières de vidange » dans le vocabulaire de l’assainissement, sont un gros problème pour les collectivités. Pour les traiter, des stations spécifiques verront le jour, peut-être près de chez vous ... Des idées sont recherchées du côté de ... la phytoépuration : ce sont encore les plantes que l’on sollicite, essentiellement avec des saulaies en taillis à très courte rotation (TTCR).

Alors pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple ??!!