Aller au contenu principal

Principe de fonctionnement

La phytoépuration est un terme générique regroupant les différents procédés rustiques d’épuration des eaux usées, impliquant l’utilisation de plantes dans le processus biologique.

La phytoépuration fait appel aux bactéries présentes dans le système racinaire des plantes pour épurer l’eau.

Les bactéries décomposent les matières organiques polluantes en matières minérales assimilables par les plantes. En contrepartie, les plantes fournissent de l’oxygène aux bactéries par leurs racines. Cela fonctionne naturellement grâce à l’énergie solaire ! Et cette alternative écologique présente encore beaucoup d’autres avantages : ses performances épuratoires sont excellentes et durables. Elle peut être implantée sur tous les terrains, quelle que soit la pente et la nature du sol, car les bassins sont étanches ; de ce fait, l’effluent n’est pas en contact avec le sol. Elle s’intègre harmonieusement dans votre jardin. De plus, il n’y a pas de mauvaises odeurs.

Étant membre du réseau Aquatiris, les filières de phytoépuration que propose Hydrorestore constituent un système d’assainissement sans fosse septique, naturel, autonome, et 100% végétalisé, répondant à une demande écologique et durable concrète. 
Véritable alternative aux filières traditionnelles telles que la fosse septique, et le filtre à sable, cette technique est adaptée aussi bien à l’assainissement individuel que collectif des eaux usées. Celles-ci sont dirigées vers un ou plusieurs filtres plantés de roseaux et de plantes aquatiques, appelés filtres plantés de macrophytes.

Roseaux

Rôle des plantes

Au-delà de l’aspect esthétique et du rôle mécanique primordial qu’elles jouent, les macrophytes contribuent également indirectement à la dégradation de la matière organique des effluents bruts.

Tout d’abord, la croissance des racines et des rhizomes permet de maintenir ou de réguler la conductivité hydraulique initiale en ameublissant la couche de surface, réduisant ainsi les risques de colmatage des filtres. 

De plus, le développement racinaire accroît la surface de fixation pour les microorganismes augmentant les échanges entre les plantes, les microorganismes et le substrat.

La couverture foliaire des plantes préserve la surface des filtres de la dessiccation en été et procure un ombrage aux bactéries qui s’y développent. En hiver, elles atténuent les effets des températures négatives. 

A tout ceci s’ajoute le métabolisme des plantes en lui-même : il ne faut pas oublier en effet que les plantes sont capables d’assimiler une partie de la matière azotée et phosphorée minérale, sous forme de nutriments. 

En résumé, il ne faut pas négliger le rôle joué par les macrophytes dans les processus épuratoires. A la fois par leur action mécanique et par la création d’un habitat favorable à l’installation et au développement des microorganismes « épurateurs », les plantes contribuent au bon fonctionnement de l’épuration des effluents.

Avantages

Agréé par les ministères de l’écologie et de la santé, c’est un système efficace et naturel qui répond à une démarche écologique : des produits de provenance locale, un bureau d’études et un installateur de proximité, pas de production de boues polluantes. En effet, sans fosse, le seul produit de cet assainissement est un compost réutilisable dans le jardin.

Sans eau affleurante, il ne dégage pas d’odeur et n’attire pas les moustiques.

Il est simple dans son fonctionnement et facile d’entretien : un simple faucardage annuel.

Il saura s’intégrer pleinement dans votre aménagement paysager. Il est performant en toute saison et sur tout terrain et de façon durable : durée de vie d’au moins 40 ans !